chèvre


chèvre

chèvre [ ʃɛvr ] n. f.
• 1675; chièvreXIIe; lat. capra
1Mammifère ruminant (caprins) à cornes arquées, apte à sauter et à grimper. Spécialt Femelle adulte (opposé à bouc).Fam. bique . Jeune chèvre. biquette, cabri, chevreau, chevrette. Chèvre de montagne. bouquetin, chamois. Chèvre angora ( mohair) , du Cachemire ( cachemire) . Barbe, barbiche de chèvre. Cri de la chèvre. bégueter, chevroter. Chèvre qui se dresse, saute. se cabrer, cabrioler. Lait de chèvre. Fromage de chèvre (ellipt un chèvre , du chèvre). ⇒ cabécou, chabichou, chevrotin, crottin, sainte-maure. Berger qui garde des chèvres. chevrier. « qu'elle était jolie la petite chèvre de M. Seguin ! » (A. Daudet). Loc. Faire devenir, tourner chèvre : embêter, faire enrager (cf. Faire tourner en bourrique). Ménager la chèvre et le chou : ménager les deux camps en évitant de prendre parti.
2(1753) Techn. Appareil de levage composé le plus souvent de trois poutres disposées en pyramide triangulaire dont le sommet soutient une poulie manœuvrée à l'aide d'un treuil. bigue, grue; pied-de-chèvre. Chevalet pour soutenir une pièce de bois.

chèvre nom féminin (latin capra, féminin de caper, bouc) Mammifère ruminant grimpeur et sauteur, aux nombreuses races sauvages et domestiques, que l'on élève pour son lait, sa viande, quelquefois pour sa toison. (Le mot désigne exclusivement la femelle, dont le mâle est le bouc.) Femelle du chevreuil et du chamois. Appareil très rustique utilisé pour soulever de lourdes charges, pièces de charpente, pierres, etc. Petit chevalet de sondage minier. ● chèvre (expressions) nom féminin (latin capra, féminin de caper, bouc) Chèvre chou, qui ménage toutes les parties en cause, qui n'engage pas en faisant la part de chacune des opinions opposées. Familier. Devenir chèvre, s'énerver, s'impatienter. Familier. Faire devenir, rendre quelqu'un chèvre, le faire tourner en bourrique. Familier. Ménager la chèvre et le chou, ménager les deux parties. ● chèvre (synonymes) nom féminin (latin capra, féminin de caper, bouc) Mammifère ruminant grimpeur et sauteur, aux nombreuses races sauvages et...
Synonymes :
- bique (familier)
- biquette (familier)

chèvre
n. f.
d1./d Mammifère ruminant (Capra hircus, Fam. bovidés) élevé pour son lait, sa viande et sa peau; la seule femelle (par oppos. au bouc). Un fromage de chèvre ou, n. m., un chèvre: fromage fait avec du lait de chèvre. (V. cabri, sens 2.)
d2./d Nom donné à des bovidés sauvages du genre Capra (bouquetins), de moeurs montagnardes.
d3./d Loc. fig., Fam. Ménager la chèvre et le chou: ne pas prendre parti.
d4./d TECH Appareil de levage constitué d'une charpente munie d'une poulie.
————————
chèvre
(la) ou Capella système double d'étoiles du Cocher.

⇒CHÈVRE, subst. fém.
I.— A.— Mammifère ruminant domestique, à cornes creuses, persistantes et arquées en arrière, au menton garni d'une barbe; spéc., la femelle. (cf. bique, bouc, chevrette). Chèvre sauvage; troupeau de chèvres :
1. Ah! Gringoire, qu'elle était jolie la petite chèvre de M. Seguin! qu'elle était jolie avec ses yeux doux, sa barbiche de sous-officier, ses sabots noirs et luisants, ses cornes zébrées et ses longs poils blancs qui lui faisaient une houppelande! C'était presque aussi charmant que le cabri d'Esméralda, tu te rappelles, Gringoire? — et puis, docile, caressante, se laissant traire sans bouger, sans mettre son pied dans l'écuelle. Un amour de petite chèvre...
A. DAUDET, Lettres de mon moulin, La Chèvre de M. Seguin, 1869, éd. Fasquelle, 1917, p. 39.
SYNT. bêlement de chèvre; fromage, lait, peau, poil de chèvre.
1. P. compar. ou p. métaph.
[P. réf. aux attributs physiques de la chèvre] Une affreuse barbe de chèvre, qu'on eût dit postiche, une frange effilochée qui lui pendait au menton (R. MARTIN DU GARD, Les Thibault, La Consultation, 1928, p. 1065). Le curé (...) psalmodiant les prières de sa voix implorante de chèvre esseulée (P. VIALAR, Le Bon Dieu sans confession, 1953, p. 5) :
2. ... ce fut la tête de Louise qui apparut, une tête de chèvre, aux yeux noirs un peu obliques, au nez mince, au menton aigu, d'une vivacité, d'une gaieté amusantes.
ZOLA, Travail, t. 2, 1901, p. 4.
[P. réf. à l'agilité de la chèvre] Bondir, grimper, sauter comme une chèvre. Quelqu'un qui montait avec une légèreté de chèvre, les dérangea (ZOLA, Pot-Bouille, 1882, p. 376). Un petit pas de chèvre, nerveux et sec (R. ROLLAND, Jean-Christophe, La Foire sur la place, 1908, p. 818). Le bossu, en trois sauts de chèvre, traversa le ruisseau (POURRAT, Gaspard des Montagnes, Le Pavillon des amourettes, 1930, p. 206). Une passerelle gracile qui sautait d'un bond de chèvre par-dessus les voies ferrées (G. DUHAMEL, Chronique des Pasquier, Le Notaire du Havre, 1933, p. 92). Sentier, chemin... de chèvre. Escarpé, d'accès difficile. Des sentiers de chèvre qui montaient en serpentant sur la montagne (LOTI, Le Mariage de Loti, 1882, p. 142). Un pont de chèvre qui franchissait une tranchée devant le musée Guimet (A. FRANCE, Le Lys rouge, 1894, p. 221).
[P. réf. à l'agitation, à l'humeur capricieuse et fantasque de la chèvre] Fantasque, impatient, rétif comme la chèvre! (BRIZEUX, Marie, 1840, p. 44). Je m'impatiente comme une chèvre liée à son piquet (BALZAC, Lettres à l'Étrangère, t. 1, 1850, p. 92). Elle est maigre, de chair nerveuse, criarde, et pas bien belle; mais électrique comme une chèvre (R. MARTIN DU GARD, Vieille France, 1933, p. 1069) :
3. Jamais plus de caprices que cette fontaine d'observantines. Une chèvre, cette eau. J'allais, le matin, le long des rigoles... Elles étaient vides. Vides, sèches.
GIONO, L'Eau vive, 1943, p. 24.
2. En partic., le plus souvent péj. [En parlant d'une jeune fille, d'une femme] Une petite fille boudeuse et têtue, une vraie « petite chèvre » (MAURIAC, Ce qui était perdu, 1930, p. 217). Mathilde, une grande chèvre efflanquée (VIALAR, La Chasse aux hommes, Les Fins dernières, 1953, p. 202) :
4. Le Secrétaire général. — Le prix Goncourt des sorcières est gagné... Il crie. Je baise respectueusement vos mains de déesse, adorable personne.
Le Syndic. — Nous sommes bien d'accord? Nous n'allons pas accorder à cette vieille chèvre la ristourne habituelle de trente pour cent?
GIRAUDOUX, La Folle de Chaillot, 1944, p. 175.
3. Spéc. ASTRON. Étoile de la chèvre et, p. ell., la Chèvre. L'étoile la plus brillante de la constellation du Cocher. L'étoile de la chèvre monta, rouge et brillante (G. SAND, Lélia, 1839, p. 496).
Rem. 1. On rencontre ds la docum. un ex. où le mot est en emploi adj. Une grande jeunesse toute dansante et toute chèvre (GIONO, Que ma joie demeure, 1935, p. 181).
Rem. 2. Le mot sert parfois à former des subst. composés. Ces errants, ces hommes-chèvres qui vont, tout nerveux d'une ville à l'autre (GIONO, Manosque des plateaux, 1930, p. 16). Grande fille-chèvre (POURRAT, Gaspard des Montagnes, La Tour du Levant, 1931, p. 13); cf. également HUGO, La Légende des siècles, Le Satyre, 1859, p. 587 où homme-chèvre désigne un faune, un chèvre-pied :
5. Il n'y a rien sur le plateau : le vent seul... et comme vent, celui qui s'est annoncé la nuit passée : ce vent-chèvre, le printemps. Le voilà, là-haut. Le voilà là-bas avec sa poussière; le voilà ici maintenant; le voilà là-bas, sur l'herbe; il est partout.
GIONO, Regain, 1930, 1re part., 2, p. 62.
Rem. 3. Le mot sert exceptionnellement à désigner la chevrette, femelle du chevreuil (cf. QUILLET 1965; Ac. gastr. 1962). La femelle [du chevreuil] est la chèvre ou chevrette (VIALAR, La Chasse aux hommes, Le Rendez-vous, 1952, p. 251).
B.— Loc. proverbiales et expr.
Où la chèvre est attachée, il faut qu'elle broute. Il faut se contenter du sort que l'on a.
Ménager la chèvre et le chou. Ménager deux personnes, deux partis opposés. Ménager la chèvre royaliste et le chou républicain (BALZAC, Une Ténébreuse affaire, 1841, p. 102). Les ménageurs de la chèvre et du chou (E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1890, p. 1246).
Rem. Cf. aussi d'une main flatter la chèvre au cou Cependant que, de l'autre, on arrose le chou (E. ROSTAND, Cyrano de Bergerac, 1898, II, 8, p. 93).
Amoureux d'une chèvre coiffée (fam.). Amoureux de n'importe quelle femme.
Prendre la chèvre (vieilli, fam.). Se mettre en colère. Faire devenir chèvre. Faire enrager. Quand on n'a pas d'enfants, on est jaloux de ceux qui en ont et quand on en a, ils vous font devenir chèvre! (PAGNOL, Fanny, 1932, I, 7, p. 107) :
6. Aussi, il n'y a qu'un instant, ai-je failli prendre la chèvre, comme l'on dit, quand M. le curé m'a répondu (...) qu'on n'avait que faire de mes services.
F. FABRE, Les Courbezon, 1862, p. 374.
Vin à faire danser les chèvres (fam.). Vin acide, aigre. Du reginglat à faire danser les chèvres (HUYSMANS, Les Sœurs Vatard, 1879, p. 81).
Rem. À la chèvre-morte. Sur le dos. Attesté en m. fr. (cf. p. ex. MONTAIGNE, Essais, II, XII, Paris, Gallimard, 1961, p. 592), repris par Larbaud (Enfantines, 1918, p. 43) Je vais vous porter à la chèvre-morte.
C.— P. méton.
1. Fourrure de chèvre. Grande robe de carriole en chèvre grise (HÉMON, Maria Chapdelaine, 1916, p. 24).
2. Viande de chèvre. Les bouchers, qui (...), à la saint-Jean, font passer de la chèvre pour du mouton (FARAL, La Vie quotidienne au temps de St Louis, 1942, p. 76).
3. Subst. masc. Fromage de chèvre.
II.— TECHNOL. [P. anal. avec la forme de la tête de la chèvre, ou de son échine]
A.— Appareil de levage constitué de deux montants assemblés en angle aigu, maintenus à l'inclinaison voulue par des haubans ou un troisième montant, au sommet duquel se trouve une poulie. Chèvres roulantes avec verge allant poser la pierre à la place qui lui est destinée (VIOLLET-LE-DUC, Entretiens sur l'archit., 1872, p. 107). Chèvre pour soulever les voitures (PESQUIDOUX, Chez nous, 1923, p. 153).
B.— Chevalet à trois pieds.
C.— Pied de chèvre.
Rem. On rencontre ds la docum. le néol. chevret, subst. masc., créé pour désigner le mâle de la chevrette (NODIER, Trésor des fèves et Fleur des pois, 1833, p. 42).
Prononc. et Orth. :[]. Écrit chevre ds Ac. 1694 et 1718; chévre ds Ac. 1740; chèvre ds Ac. 1762-1932. Étymol. et Hist. 1. 1119 chievre (PH. DE THAON, Comput, 1425 ds T.-L.); ca 1220 tenir por chievre « tenir pour fou » (G. DE COINCY, éd. Koenig, I Mir, 18, 614); 1675 devenir chèvre (J.-H. WIDERHOLD, Nouv. dict. fr.-all. et all.-fr., Bâle); 1672 ménager la chèvre et les choux (Mme DE SÉVIGNÉ, Correspondance, éd. R. Duchêne, p. 473); 2. 1611 technol. « appareil de levage » (Texte cité ds Mém. de la Sté de l'hist. de Paris et de l'Ile-de-France, 1916, p. 69). Du lat. class. capra, fém. de caper « bouc ». Fréq. abs. littér. : 1 256. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 1 993, b) 2 413; XXe s. : a) 1 371, b) 1 523.
DÉR. 1. Chevreton, subst. masc. Fromage de chèvre fabriqué en Auvergne. J'ai une goutte de vin dans un gros verre, quand on mange le chevreton (J. VALLÈS, L'Enfant, 1879, p. 97). []. Ds la docum. on rencontre avec des accents chèvreton (POURRAT, Gaspard des Montagnes, Le Pavillon des amourettes, 1930, p. 36) et chévreton (POURRAT, Gaspard des Montagnes, La Tour du Levant, 1931, p. 36). Mais les dict. qui enregistrent le mot, Lar. encyclop.-Lar. Lang. fr., ainsi que QUILLET 1965 écrivent chevreton sans accent. 1re attest. 1879 (VALLÈS, supra); de chevre, suff. -(et)on. Forme région. d'Auvergne (cf. chevroton à Clermont-Ferrand ds FEW t. 2, p. 297a). Fréq. abs. littér. : 3. 2. Chevreauter, chevrèt(t)er, chevroter,(chevrèter, chevrètter) verbe intrans. [En parlant de la chèvre] Mettre bas. La belle dame demandait si on ne pourrait pas, le matin, apporter au hameau des Hautes-Feuillées un verre de lait pour Henriquet. — « Pas avant un mois, tout au juste! Faut auparavant que la chèvre chevreaute; mais sitôt le biquet sevré, nous garderons le lait pour vous » (P. ARÈNE, Contes de Paris et de Provence, 1887, p. 55.) [], (chevreter) [] (chevretter); (je) chevrette []. Par harmonisation vocalique Pt ROB. transcrit chevretter avec [e] fermé à la 2e syll. []. Seule transcr. de chèvreter ds LITTRÉ : chè-vre-té. Var. graph. : chevreter ds Ac. Compl. 1842, Lar. 19e-20e et Lar. Lang. fr., ROB. et QUILLET 1965. Parmi ces dict. Nouv. Lar. ill., Lar. 20e et Lar. Lang. fr. admettent également chevretter. Cf. aussi Pt ROB. pour les 2 formes. Chèvreter ds LITTRÉ, chevroter (homon. de chevroter, crier) ds Lar. 19e et Lar. 20e. Pour cette dernière var. noter l'orth. chevreauter (supra P. ARÈNE, loc. cit.). 1res attest. a) XIVe s. « jouer de la chevrette » (Ovide moralisé, XV, t. 2, p. 807 ds I GLF); b) 1542 chevroter en parlant de la chèvre « mettre bas » (DU PINET, VIII, 50 ds GDF. Compl.); 1573 (date de l'éd.) chevreter (PARÉ, éd. Malgaigne, t. 3, p. 44) — 1606, NICOT, repris dep. Trév. 1732; de chèvre, suff. -eter.
BBG. — BRINKMANN (F.). Metapherstudien. Arch. St. n. Spr. 1876, t. 56, p. 344. — BRÜCKER (F.). Die Blasinstrumente in der altfranzösischen Literatur. Giessen, 1926, p. 55. — COURTINE (R.). Vie Lang. 1972, p. 630. — DARM. Vie 1932, p. 47, 109. — GOTTSCH. Redens. 1930, pp. 69-70. — PERROCHON (H.). Cheval et chèvre en Suisse romande. Vie Lang. 1961, pp. 371-373. — QUEM. /e s. t. 1, 1970. — RINGENSON (K.). Les Noms de la chèvre en fr. St. neophilol. 1957, t. 29, pp. 13-28. — ROG. 1965, p. 40. — SAIN. Lang. par. 1920, p. 191, 195, 411; Sources t. 1, 1972 [1925], p. 70, 141. — WIND 1928, p. 40.

chèvre [ʃɛvʀ] n. f.
ÉTYM. 1675; chièvre, 1119; du lat. capra.
———
I
1 Mammifère ruminant ongulé (Bovidés-caprinés); spécialt, individu de l'espèce domestique, issue de la chèvre de Perse (capra hircus). Bique. || La chèvre, dotée de cornes arquées, à pelage fourni, est apte à grimper et à sauter. || De la chèvre. Caprin.Spécialt. La femelle de cette espèce (opposé à bouc); la femelle adulte (opposé à chevreau). fam. Bique, biquette. || Chèvre d'Europe, au profil droit, aux oreilles dressées. || L'ægagre, chèvre sauvage d'Europe. Bouquetin. || Chèvre naine à poils ras (en Afrique noire). Cabri (2.). || Chèvre du Levant. Menon. || Chèvre nubienne aux oreilles pendantes et à poil court. || Chèvre cachemire, chèvre d'Angora, à toison longue, fine, épaisse et soyeuse.La chèvre est cavicorne (a des cornes creuses). || Chèvre sans cornes. || Barbe, barbiche de chèvre. || Mamelles, pis de la chèvre. || Cri de la chèvre ( Bégueter, bêler, chevroter). || Chèvre qui se dresse ( Cabrer), qui saute ( Cabriole), qui broute. || La réputation de la chèvre a donné lieu à diverses dénominations ( Capricant, caprice, capricieux).Mâle de la chèvre. Bouc. || Chèvre qui met bas. Biqueter, chevroter. || Petits de la chèvre. Biquet, cabri, chevreau, chevrillon. || Petite chèvre. Chevrette. || Lait de chèvre. || Fromage de chèvre.Cuir de chèvre tanné. Maroquin. || Peau de chèvre qu'on mettait sur les chevaux de selle. Chabraque. || Tissu en poil de chèvre. Cachemire, cilice, mohair. || Fil de suture fait d'intestins de chèvre (et non plus de boyaux de chat). Catgut.Divinités à tête, à pieds de chèvre. Ægipan, bouquin, capricorne, capripède, chèvre-pied, satyre.
1 Dès que les chèvres ont brouté,
Certain esprit de liberté
Leur fait chercher fortune (…)
Un rocher, quelque mont pendant en précipices,
C'est où ces dames vont promener leurs caprices (…)
La Fontaine, Fables, XII, 4.
2 La chèvre a quelque chose de tremblant et de sauvage dans la voix, comme les rochers et les ruines où elle aime à se suspendre (…)
Chateaubriand, le Génie du christianisme, t. I, V, 5.
3 La chèvre aux fauves yeux qui rôde au flanc des monts (…)
Hugo, la Légende des siècles, LVII, « Petit Paul ».
4 (…) qu'elle était jolie la petite chèvre de M. Seguin ! Qu'elle était jolie avec ses yeux doux, sa barbiche de sous-officier, ses sabots noirs et luisants, ses cornes zébrées et ses longs poils blancs qui lui faisaient une houppelande ! (…) et puis docile, caressante, se laissant traire sans bouger, sans mettre son pied dans l'écuelle.
Alphonse Daudet, Lettres de mon moulin, « La chèvre de M. Seguin », p. 32.
tableau Noms de mammifères.
2 Par compar. ou par métaphore.Un visage de chèvre, allongé et malicieux. — ☑ Sauter, bondir, grimper comme une chèvre, avec agilité ( Capricant).Sentier, chemin de chèvre, escarpé et étroit.Être fantasque, impatient comme une chèvre ( Capricieux, étymologie).
Loc. fig. Devenir chèvre : s'énerver jusqu'à perdre la tête. — ☑ Faire devenir chèvre, faire tourner (qqn) en chèvre : faire enrager (cf. Faire tourner en bourrique).
4.1 — Alors, maintenant, ces pâtes ? Tu nous les fais porter ou non ? — Mais tout de suite ! dit le gros homme que ce changement d'humeur chez son client réconfortait. Vous n'avez de plaisir qu'à me tourner en chèvre.
Francis Carco, les Belles Manières, 1947, p. 13.
4.2 Brindon me demanda ce que j'avais fait du chat blessé et je lui dis que simplement je l'avais changé en oiseau. « Vous me ferez donc devenir chèvre », me dit-il plaisamment.
Robert Pinget, Graal Flibuste, p. 159.
Être amoureux (cit. 9) d'une chèvre coiffée, amoureux de n'importe quelle femme.
Ménager la chèvre et le chou : ne pas prendre parti; réserver sa décision jusqu'à ce qu'un parti l'emporte.
5 (…) il aime à ménager la chèvre et les choux. Il a mal ménagé la chèvre, et ne mangera pas même les choux.
Mme de Sévigné, Lettres, 262, 6 avr. 1672.
Loc. prov. Où la chèvre est attachée, il faut qu'elle broute : il faut se contenter de son sort.
3 Par métonymie. Peau, fourrure de chèvre.Viande de chèvre.Fromage de chèvre. Plur. || Des chèvres ou (invar.) des chèvre.
6 (…) y a-t-il un assez grand nombre de fromages ? Ce goût de Bertrand pour les chèvre dont il y a au moins quatre sortes (…) Ce choix des chèvre est magnifique. Ronds et roux, les secs petits crottins de Chavignol et quelques Saint-Marcelin moins dorés voisinent avec les vertes pyramides tavelées des Valençay et de longs, d'onctueux Sainte-Maure marbrés de jaune.
Claude Mauriac, le Dîner en ville, p. 227-228.
———
II (1753). Techn.
1 Appareil de levage composé le plus souvent de trois poutres disposées en faisceau dont le sommet soutient une poulie manœuvrée à l'aide d'un treuil. Bigue, cabre, grue. || Chèvre à trois pieds. || Chèvre à haubans. || Chèvre verticale. || Chèvre de tranchée. || Chèvre à déclic.
Chevalet pour soutenir une pièce de bois (que l'on façonne, que l'on scie…). → Cabre, cabri.
2 Pied-de-chèvre : levier de métal dont l'une des extrémités est taillée en pied de chèvre.
DÉR. Chevreau, chevreter, chevrette, chevron.
COMP. Chèvre-pied. — V. aussi Chèvrefeuille.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Chevre — Chèvre Pour les articles homonymes, voir Chèvre (homonymie) …   Wikipédia en Français

  • Chêvre — Chèvre Pour les articles homonymes, voir Chèvre (homonymie) …   Wikipédia en Français

  • chèvre — CHÈVRE. s. f. La femelle du bouc. Chèvre sauvage. Troupeau de chèvres. Lait de chèvre. Fromage de chèvre. Poil de chèvre. Camelot de poil de chèvre. La chèvre broute. f♛/b] On appelle Barbe de chèvre, ou barbe de bouc, Une barbe qu on laisse… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Chèvre — Nom porté dans la Meurthe et Moselle. Faut il y voir un surnom lié à la chèvre (par exemple un gardien de chèvres) ? Peut être, mais vu la localisation il est tentant d y voir une déformation de Schaefer, Scheffer, Schäfer, qui désigne en… …   Noms de famille

  • Chevré — Nom porté dans le Maine et Loire. Désigne celui qui est originaire de Chevré, nom de divers hameaux, éventuellement de Cheviré, commune du même département (le nom de famille Cheviré existe aussi) …   Noms de famille

  • chèvre — or chevre [shev′rə] n. [< Fr, goat s milk cheese, she goat < OFr, she goat < L capra, fem. of caper, goat: see CAPRIOLE] any of various usually soft cheeses made from goat s milk and varying widely in texture and strength of flavor …   English World dictionary

  • chevre — Chevre, f. penac. Est la femelle du Bouc, Capra. Duquel mot Latin cestuy François est fait. Car le François tirant du Latin les mots qui commencent par Ca, change cette syllabe en Che, disant de Capillus Cheveul, de Caput Chef, de Carus Cher, de… …   Thresor de la langue françoyse

  • Chèvre — Pour les articles homonymes, voir Chèvre (homonymie). Chèvre domestique …   Wikipédia en Français

  • chèvre — (chè vr ) s. f. 1°   La femelle du bouc, animal agile, aimant à grimper, à sauter. Le lait de la chèvre. Sauter comme une chèvre. •   Un ver, une fourmi, Un insecte rampant qui ne vit qu à demi, Un taureau qui rumine, une chèvre qui broute, Ont l …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • chèvre — nf., bique ; jeune fille ou jeune femme légère et frivole : chèvra nf. (Montagny Bozel.026b), hhyévra (Jarrier), shevra (Magland), shévra (Arvillard.228, Doucy Bauges, St Pierre Alb.), shivra (Thônes.004b, Bellecombe Bauges, Clefs, Compôte.271c,… …   Dictionnaire Français-Savoyard


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.